Emmaus International

La Région en chiffres

Année de création du premier groupe : 1952
Année d’affiliation du premier groupe : 1971

Organisations membres : 31
Pays : 8
Membres en probation : 6

les Pays
 

 

Les prémices

 

En novembre 1949, l’abbé Pierre fonde la première communauté Emmaüs à Neuilly-Plaisance, dans la banlieue de Paris. Presque simultanément des initiatives semblables prennent corps dans plusieurs pays (Belgique, Argentine, Japon), ignorant tout de l’existence de l’abbé Pierre et d’Emmaüs en France jusqu’à la popularité mondiale suscitée par l’appel du 1er février 1954 . Elles se reconnaissent alors dans cette initiative et contactent l’abbé Pierre.

Quel que soit le pays, la genèse d’un groupe Emmaüs est presque toujours le fruit d’une initiative de personnes du pays, pour répondre à des besoins locaux en mobilisant les ressources et savoir-faire locaux ; jamais un projet imposé de l’extérieur.

Données utiles

 

Secrétariat régional
C/O Grupo Aportes
Juan Paullier 1235
11200 MONTEVIDEO
(URUGUAY)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél : + 598 24 08 85 32

Elus de la Région au Conseil d'administration d'Emmaüs International
Jorge Ambiado (Uruguay)
Juan Melquiades (Pérou)
Joshua Prochaska (Etats-Unis)
Gloria Zuluaga (Colombie)

 

Naissance d'Emmaüs en Amérique

L’Amérique latine est le plus ancien et principal lieu d’implantation d’Emmaüs hors d’Europe.

En Uruguay et Argentine, les associations qui rejoignent Emmaüs préexistent à l’appel de l’abbé Pierre en 1954 et à la parution de l’édition espagnole des Chiffonniers d’Emmaüs en 1956. Elles sont créées et dirigées par des prêtres à l’esprit novateur, souvent empreint de ce qui deviendra la théologie de la libération. Préoccupés comme l’abbé Pierre du sort des plus pauvres à une époque où explosent l’exode rural et les bidonvilles, leur action s’oriente prioritairement vers le logement.

En 1950, en Uruguay, le prêtre jésuite Atanasio Sierra sensibilise la population à la problématique des bidonvilles. En 1954, il fonde avec des étudiants l’association Emmaüs qui travaille dans les bidonvilles de Montevideo.

En Argentine, dès 1952 le prêtre jésuite José Balista, sociologue, mobilise ses étudiants et, avec leur aide et celle de volontaires argentins et canadiens, construit des petites maisons pour les familles modestes. L’association se constitue fin 1955 sous le nom d’Emmaüs. José Balista rencontre l’abbé Pierre convalescent en Suisse en 1958 et l’invite en Argentine.

De juin à septembre 1959, l’abbé Pierre effectue son premier voyage en Amérique latine : Argentine, Brésil, Chili, Équateur, Pérou, Uruguay, Venezuela.

Il découvre au Pérou l’activité de chiffonniers commencée quelques mois plus tôt par le prêtre français Gérard Protain - membre de la Mission de Paris, inspirée des prêtres ouvriers -, avec des Péruviens vivant dans les quartiers défavorisés.

Au Brésil, il rencontre Dom Hélder Câmara, évêque auxiliaire de Rio, artisan d’une Église au service des pauvres et futur grand défenseur des droits de l'Homme ; les deux hommes se connaissent depuis quelques années. En 1963, Dom Hélder demande à l’abbé Pierre l’aide d’un volontaire pour créer une communauté Emmaüs au Brésil. Si cette communauté n’est plus membre d’Emmaüs International, plusieurs organisations Emmaüs se créent à travers le Brésil dans les années 1990.

Au Chili, un groupe de jeunes étudiants nommé « Las Urracas » (les Pies) s’est constitué fin 1957 : engagés dans une action culturelle, on avait sollicité leur aide après le squattage d’un terrain par 3 000 familles à La Victoria dans la banlieue de Santiago. Ils rencontrent l’abbé Pierre lors de sa conférence à l’Université en 1959, et délèguent deux d’entre eux pour se rendre en France découvrir la vie et le travail des chiffonniers. À leur retour, ils démarrent en 1961 la première communauté de chiffonniers d’Emmaüs au Chili.

Sous la dictature du général Pinochet, Emmaüs Chili soutient les cantines populaires pour enfants défavorisés. Pour leur approvisionnement, une délégation se rend en 1976 sur l’altiplano bolivien pour acheter aux communautés paysannes leur production de quinoa. Elle y rencontre Fernando Sandalio, militant du mouvement coopératif. L'idée germe en Bolivie et Emmaüs Oruro se crée en 1978.

La même année, la communauté des pêcheurs d’Emmaüs se crée en Colombie, à l’initiative d’un religieux italien, Flavio Veronesi. Après avoir participé aux débuts d'Emmaüs à Bilbao, en Espagne, il arrive à la fin des années 1970 à Buenaventura et décide d’y implanter Emmaüs avec une activité originale : la pêche, activité traditionnelle des populations noires de la côte du Pacifique.

Mais l’histoire d’Emmaüs commence aussi très tôt en Amérique du Nord, au Canada. En 1955, l’abbé Pierre donne une série de conférences au Québec et interpelle le clergé sur son mode de vie plutôt fastueux. Malgré l’opposition d’une partie du clergé, l’action d’Emmaüs y démarre avec le soutien de l’archevêché de Montréal. La communauté Emmaüs de Montréal accueille dans ses locaux l’assemblée constitutive d’Emmaüs International en 1971. Le siège et le Secrétariat international d’Emmaüs y sont installés jusqu’à fin 1976, date où ils sont transférés en France, à Charenton-le-Pont.

En 1966, le père David Kirk (ancien compagnon de Martin Luther King) et quelques amis fondent à New-York (Etats-Unis) la Maison d'Emmaüs, communauté œcuménique orientée vers la non-violence, le refus de la guerre du Vietnam et présente parmi les populations pauvres, noires et portoricaines. Quelques années plus tard, Emmaüs Harlem (Emmaüs House) entend parler de l'abbé Pierre et du Mouvement qui porte le même nom qu’eux : Emmaüs, puis prend contact.