Emmaus International

Le 24 mai 1969, 70 groupes Emmaüs provenant d’une vingtaine de pays présents sur 4 continents répondaient à l’appel de l’abbé Pierre et se rencontraient, pour la première fois, au Parlement Fédéral à Berne, en Suisse. Cette rencontre marqua l’adoption du « Manifeste universel », texte fondateur et socle commun de notre Mouvement international. Ce Manifeste, marqueur fort de son histoire, est un texte encore très pertinent qui trouve un écho dans nos combats d’aujourd’hui, à l’heure où les constats sont alarmants et les défis nombreux à relever.

Manifestons-nous pour la justice et la dignité !

Le 24 mai 2019, le mouvement international Emmaüs célèbrera les 50 ans de son « Manifeste universel », à Berne, là même où il fut signé, 50 ans jour pour jour. A cette occasion, les 350 organisations membres d’Emmaüs International, réparties dans 37 pays sur 4 continents, proclameront (voir les vidéos) à nouveau les valeurs et principes qui animent leurs actions et qui sont plus que jamais d'actualité.

Le mouvement Emmaüs réinvestira la salle du Conseil National du Parlement Fédéral de Berne, le temps d’une matinée dédiée au sens du « Manifeste universel » hier, aujourd’hui et demain, en présence de 180 de ses délégués et membres.

Voir la vidéo

La fédération Emmaüs Suisse, hôte de cet événement historique, proposera à la population bernoise de venir rencontrer, sur la Waisenhausplatz, adjacente au Parlement Fédéral, ses communautés et groupes présents sur tout le territoire autour d’un repas solidaire et de découvrir les trois combats qui animent le Mouvement international partout dans le monde : économie éthique et solidaire, justice sociale et environnementale, paix et liberté de circulation.
Tous les groupes du Mouvement se donnent aussi rendez-vous sur les réseaux sociaux, par une action digitale qui leur permettra où qu’ils soient de se joindre à ce temps fort.

Face à un système mondial inégalitaire, créateur d’exclusions et de conflits, à une économie financiarisée et, à une privatisation des Biens Communs, l’ensemble des groupes Emmaüs entendent illustrer, à travers cette opération, le nouvel élan qu'ils souhaitent insuffler à la solidarité internationale !

Le Manifeste Universel du mouvement Emmaüs

EmmausLe 1er décembre 1968, l’abbé Pierre écrit à tous les groupes Emmaüs du monde. Il leur « propose une 1ère Assemblée internationale du Mouvement Emmaüs » à Berne, en Suisse, les 24 et 25 mai 1969, dont la « tâche essentielle sera d’établir un Manifeste universel du Mouvement Emmaüs ». Il joint un projet « établi en tenant compte des avis du Conseil provisoire », constitué peu de temps auparavant pour l’aider à jeter les bases d’une organisation internationale du mouvement. Les groupes peuvent envoyer leurs propositions de modifications. Il attire alors leur attention « sur la nécessité d’aboutir à un texte fondamental, complet mais bref, qui, à la fois garantisse l’unité dans l’essentiel et la liberté dans les applications selon la diversité des situations ».

Le Manifeste Universel fut longuement débattu, légèrement modifié puis approuvé par acclamation le 24 mai 1969. Il rappelle l’origine d’Emmaüs, la symbolique de notre nom et définit les principes fondamentaux de l’action du Mouvement résumée sous cette formule : « Servir premier le plus souffrant ». Il représenta, à l’époque, « le plus petit dénominateur commun possible entre le bon bourgeois suisse et le révolutionnaire latino-américain » confronté à la misère des bidonvilles.

Aujourd’hui encore, le Manifeste Universel est et reste le « texte fondateur » du mouvement Emmaüs et l’un des 5 textes fondamentaux auxquels doit souscrire toute organisation désirant intégrer Emmaüs International.
Le Manifeste universel du mouvement Emmaüs est disponible en 21 langues.

Première Assemblée Mondiale à Berne, Suisse (1969)

Dès 1954, l’abbé Pierre arpente la France entière et l’Europe (Belgique, Italie) puis le monde, et s’engage dans une lutte internationale contre la misère, sous toutes ses formes. Partout, il multiplie les conférences et rencontres avec le public, les autorités civiles et religieuses. Inlassablement, il raconte l’histoire d’Emmaüs, en explique les valeurs et les actions devant des auditoires conquis et interpelle chacun quant à ses devoirs de citoyen de son pays et du monde. Parfois, ses interlocuteurs mènent déjà une action proche de celle d’Emmaüs et rejoignent le Mouvement ; dans d’autres cas, la conférence suscite une initiative locale de personnes qui, se retrouvant dans les valeurs et pratiques de solidarité d’Emmaüs, rejoindront le Mouvement.

En 1963, une onde de choc ébranle les groupes Emmaüs existant déjà dans plus d’une dizaine de pays. À bord du « Ciudad de Asunción » qui fait naufrage dans le Río de la Plata entre l’Uruguay et l’Argentine, l’abbé Pierre tout d’abord annoncé comme mort dans la presse internationale, survit finalement à cette catastrophe. Il réalise alors qu’il est le seul lien, avec Lucie Coutaz, entre les groupes Emmaüs du monde entier, et décide d’organiser leur rencontre. L’abbé Pierre multiplie dès lors les voyages auprès des leaders d’Emmaüs de l’époque pour échanger avec eux et les convaincre de convoquer une première assemblée mondiale. Il demande à son retour à Jean Hossenlopp, alors membre du Secrétariat international d’Emmaüs, de préparer l’élaboration d’un texte fondamental ainsi que l’annuaire mondial d’Emmaüs. Il propose également à 5 membres expérimentés du Mouvement : José Aravena (Chili), Marcel Farine (Suisse), Robert Laporte (Canada), Robert Vallade (Japon) et Jean Wilken (Hollande) de se constituer en « Conseil provisoire » pour l’aider à jeter les bases d’une « organisation internationale du mouvement ».
Du plan d’action présenté par le Conseil provisoire, il faut retenir l’organisation d’une première « rencontre mondiale du Mouvement Emmaüs » les 24 et 25 mai 1969. A la demande de l’abbé Pierre, la Fédération Emmaüs de Suisse accepte d’accueillir cette Assemblée. Elle en assure par ailleurs l’organisation et la présidence. Le Gouvernement suisse offre alors, pour 3 jours, à la Pentecôte 1969, le Palais fédéral à Berne.

Lire la suite…



La première assemblée générale en images !

Retour en images sur cette première rencontre mondiale des groupes qui s’est déroulée à Berne, en Suisse, les 24 et 25 mai 1969, à la demande et en présence de l’abbé Pierre. 150 représentants issus de 70 groupes provenant de 20 pays y ont participé.
Cette première rencontre provoqua une nouvelle assemblée générale en 1971, à Montréal, lors de laquelle Emmaüs International fut constitué en association.

.

En savoir plus


Découvrez notre histoire

Découvrez nos trois combats

.